Haptonomie

Contre-vérité #6. L’haptonomie, c’est pour la deuxième grossesse. Pour la première, vaut mieux une prépa classique

Sandra Cornaz Blog, Haptonomie Leave a Comment

C’est vrai que certains couples découvrent l’haptonomie dans le cadre de leur deuxième, troisième ou quatrième (ou plus !) grossesse. Les raisons sont variées. Le plus souvent, c’est parce qu’ils ont adoré l’approche haptonomique lors de leur première grossesse. Ils veulent reprendre ce temps à trois et souhaitent en savoir plus, se l’approprier encore davantage. Ils viennent même avec leur(s) aîné(e.s) lors d’une séance prévue à cet effet. Parfois, les couples qui viennent à mon cabinet pour une deuxième grossesse ne sentent pas le besoin de refaire une préparation classique et en profitent pour découvrir une nouvelle approche. Dans des cas plus rares, les couples ont la sensation que la préparation classique ne leur a pas permis d’accoucher comme ils l’avaient imaginé ou ne les a pas suffisamment préparés aux débuts de leur parentalité. Certains ont notamment envie que le coparent puisse lui aussi prendre sa place auprès du bébé dès sa conception dans le ventre.

Mais dans tous les cas, dire que l’haptonomie est utile plutôt ou uniquement dans le cadre d’une deuxième grossesse est complètement erroné.

Je reçois d’ailleurs davantage de couples vivant leur première grossesse et leur premier accouchement. Ils choisissent la plupart du temps de se préparer ensemble à leur parentalité avec l’haptonomie tout en rencontrant un.e sagefemme offrant une préparation classique à côté.  Avec moi, ils viennent se préparer en couple, trouver une place privilégiée pour le papa ou le coparent (parfois même le parrain ou la marraine de l’enfant). Ils viennent au cabinet découvrir l’haptonomie pour revenir au corps, pour développer leur lâcher prise, pour apprendre à observer ce que leur dit leur bébé à travers les échanges de chaire à chaire. Ils viennent parce qu’ils veulent s’assurer une relation affective et confirmante avec leur bébé, même quand il est dans le ventre depuis moins de 3 mois.

L’haptonomie est une façon d’entrer en relation, de trouver sa place, de se sentir existant à travers les réponses de celui avec lequel on prend contact (par le toucher, le regard, la voix, l’intuition…).

En séance, j’aborde la question de la rencontre, j’invite les parents à observer les mouvements de leur enfant et à prendre le temps de lui répondre. Nous prenons le temps, parfois 2 heures, pour échanger sur les attentes et les projets éducatifs. Nous prenons le temps d’échanger sur la façon dont ils vont pouvoir rester en relation avec leur bébé pendant son voyage de naissance. Nous prenons le temps d’imaginer différentes façons haptonomiques de diminuer les stress de leur bébé au moment de sa naissance et dans les suites de naissances. Nous envisageons ensemble comment la maman va pouvoir accoucher en disant OUI aux sensations d’ouverture inconnues dans son corps. Nous anticipons les besoins probables de chacun des membres de la famille en postnatal.

C’est aussi vrai en postnatal. J’accueille la famille dans son premier mois et j’écoute le récit d’accouchement, narré par chacun. Oui, aussi par le bébé quand il a besoin de dire. On interroge ensemble le sommeil, l’allaitement, la digestion, l’élimination, la relation de bébé. On parle du portage de bébé par sa base, de comment le changer ou l’habiller en respectant son besoin de participer. On reparle des besoins de chacun des parents et du corps de la mère qui a souvent envie de se retrouver en même temps femme.

On prend le temps. On se rencontre. On tisse.

Pourquoi se refuser cela pour une première grossesse alors que l’enjeu est maximal, que le couple va tout découvrir ? Pourquoi se refuser d’adjoindre cela à une préparation classique ?

Venez tester, vous sentirez combien c’est bon !

Vous avez aimé cet article ? Dites-le ! Partagez-le et commentez !

Photo 1. Laercio Cavalcanti from Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *