Haptonomie danger et limites

Les 10 contrevérités en haptonomie

Sandra Cornaz Blog, Haptonomie Leave a Comment

J’entends souvent des couples me parler de leurs amis qui n’ont pas pu faire d’haptonomie pendant la grossesse parce qu’il était trop tard. J’entends que certains ont été obligés de se mettre en sous-vêtements ou de garder les yeux ouverts, ou encore de choisir entre l’haptonomie et la sophrologie. Il y a ceux qui ont entendu dire que c’était une pratique « perchée » ou trop « spirituelle ». Il y a ceux qui ont abandonné car ils avaient la sensation de prendre le pouvoir ou de manipuler leur bébé (gloups !). Il y a ceux qui croyaient ne pas avoir les moyens financiers. Il y a ceux qui croyaient que l’haptonomie concerne que celles qui veulent accoucher sans péridurale. Il y a celles qui ont pensé que la pratique leur était interdite car le papa était absent ou inexistant… ou parce qu’il y a deux mamans.

Dans les faits, s’il existe une approche globale avec des concepts et des objectifs communs, chaque praticien apporte à l’haptonomie sa personnalité, ses croyances, ses convictions et son histoire. C’est d’ailleurs une partie de ce que décrit Camille, maman de Malo, dans son témoignage, ou ce que je raconte dans cet article sur le blog des maisons de naissance.

Par exemple, l’haptonomie telle que je la pratique est issue de l’accompagnement affectif à la naissance : une formation belge et canadienne qui complète l’approche haptonomique avec de la psychologie, de l’ostéopathie et des soins traditionnels autour du féminin (rebozo, & cercle de femmes notamment). L’accompagnement affectif à la naissance souhaite éviter tout dogme et valorise la diversité des praticiens autant que celle des couples. Elle propose « une autre façon de pratiquer l’haptonomie » (dixit la fondatrice, Brigitte Dohmen).

Voilà pourquoi j’ai souhaité vous proposer un ensemble de billets concernant les contrevérités que j’entends le plus fréquemment. C’est l’occasion pour moi de vous expliciter ma façon de travailler et ma vision de l’haptonomie périnatale, mais aussi celle de mon collègue Florian Dylas (0695517222).

Vous verrez que notre vision de l’haptonomie est en phase avec celle de nombreux praticiens, aussi formés dans une des écoles en France, et qu’elle se différencie de l’approche exercée par d’autres.

Cette richesse de regards est la garantie pour chaque parent de trouver un praticien avec des valeurs adéquates à son profil.

Vous allez trouver sur le blog d’hapto-bienetre différents articles sur notre accompagnement en haptonomie, et vous sentirez vite si vous vous sentez en phase !

Sandra Cornaz

Vous avez aimé cet article ? Dites-le ! Partagez-le et commentez !


photo : Emma Frances Logan on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *