photo portage en mei-tai kubeba (crédit photo : Lara)

Portage : quels modèles et quelles marques ?

Sandra Cornaz Accouchement, Blog, Portage 2 Comments

Voilà 8 années que je porte des enfants, que je teste des systèmes de portage, que j’explore quelques marques et quelques modèles de portage. Dans cet article, je vous en présente quelques-uns que je trouve de bonne qualité et à prix abordables.

Oh si, j’adore les tissus contenant de la soie ou du cashmere, et je trouve certains tissages et motifs merveilleux à l’œil nu, sensuels au toucher de la main, soyeux au contact de la peau et très agréables à nouer, mais il me semble que ce n’est pas vers eux que va la majorité des parents. [Pourtant, ces modèles se revendent très bien… Parfois même plus cher que leur prix d’achat !]

  • Écharpe de portage

Il existe deux marques d’écharpes désormais bien connues du grand public : Didymos et Storchenwiege. Leur tissage, leur largeur et leur finesse permettent un nouage aisé, un confort global pour le porteur (aussi en période estivale) et un portage physiologique sur des durées plutôt longues (plus de 2h). Pour l’hiver, certains parents apprécient beaucoup la marque Lana, qui est plus épaisse et qui donne parfois la sensation d’une contenance augmentée et d’un maintien renforcé.

  • Mei-tai

Les types de mei-tai sont nombreux sur le marché. En voici quelques uns qui permettent un portage long :
pour des enfants de plus de 3 ou 6 semaines (tout dépend de la morphologie de bébé), j’apprécie les marques Storchenwiege et Linling d’amour (laquelle marque a prévu des pans permettant à la fois un nouage façon enveloppé croisé et un serrement ajusté de la poche de portage) ;
pour des enfants sachant se tenir assis par eux-mêmes : je vous suggère la marque Fidela (très confortable au niveau des épaules et des aisselles grâce aux liens rembourrés et aux pans qui peuvent être étalés, notamment pour le portage d’un bébé un peu “lourd” ou d’un grand bambin) ou, la marque française Kubeba que j’affectionne particulièrement mais ne produisant plus (format ultra simple, modèle léger, ajustable à souhait et très solide).

  • Hybride écharpe-préformé ou mei-tai/préformé

Certains parents n’aiment pas particulièrement les nouages mais tiennent à un système répondant aux besoins physiologiques de l’enfant (et du porteur !). Pour eux et leurs bébés de plus de 6 semaines, il existe les modèles hybrides. La marque Emeibaby offre un modèle hybride écharpe/préformé intéressant (l’écart inter-jambes est ajustable et il y a des anneaux facilitant le réglage de la poche). Il existe également des modèles hybrides mei-tai/préformé, par exemple chez Storchenwiege (modèle possédant des sangles à clips au niveau de la ceinture et un nouage au niveau des bretelles). J’ai favorisé ce modèle lors de vols long courriers.

Le pagne… encore une autre histoire^^ (Photo by Doraj Mandal on Unsplash)
  • Sling

Vous avez plutôt envie d’un sling qui permet de porter un nouveau-né aussi bien qu’un bambin, qui a l’avantage de prendre peu de place et qui permet une installation rapide, sans bretelles trainant au sol en temps de pluie ? J’ai un faible pour la marque Storchenwiege (je sais, je cite beaucoup cette marque !) qui ne présente pas de couture au niveau des anneaux de réglage, ce qui facilite le déploiement du tissus sur l’épaule. La marque Didydmos a également des modèles au goût de nombreux parents, en particulier pour le tissus très souple facilitant le serrement pli par pli. Vous avez envie d’un système plus stretch ? Il existe un sling en viscose chez Je Porte Mon Bébé permettant d’installer très aisément un nourrisson jusqu’à 6 mois (voire 1 an si votre bébé est léger… et ne gigote pas !)

  • Préformé

Certains parents craignent les nouages et se tournent directement sur les préformés. S’ils tiennent à porter un jeune bébé, dès 3 ou 4 mois, la marque Lanylamb peut offrir une réponse adaptée à leur demande (l’assise est réglable en hauteur et en largeur) tout autant que la marque Buzzidil (tissu écharpe réglable en largeur et en hauteur et assise profonde). S’ils veulent bien attendre que leur enfant tienne assis de lui-même, ils peuvent s’orienter aussi sur les marques Manduca ou Ergobaby (à savoir que les parents mesurant moins d’1m60 ont, à mon avis, intérêt à privilégier Manduca).

Concernant les préformés, quelques précisions : malgré tous les efforts des marques, ce modèle n’est pas le mieux adapté au portage et à la physiologie d’un nouveau-né et d’un nourrisson. Le dos de l’enfant manque souvent de soutien et est “comme” plaqué au lieu d’être soutenu/remonté par sa base, le bassin manque d’enroulement. Le porteur comme le porté manquent globalement de confort et de maintien. Aussi, comme avec certains mei-tai, il existe avec un enfant trop petit et trop jeune un risque de chute par les côtés, un risque d’enfouissement, un écartement exagéré ou insuffisant des hanches.

Si vous tenez absolument à ce système de portage, vérifiez 1. que l’assise est assez profonde pour permettre un enroulement du dos et du bassin, 2. que l’écartement des jambes n’est pas forcé. 3. qu’il y a un déploiement possible de tissu jusqu’aux genoux de votre enfant, 4. que ce dernier peut être vraiment contre vous sans être pour autant plaqué,

Vous choisissez d’acheter un préformé ? Si vos anatomies diffèrent en hauteur et en largeur, envisagez deux préformés ou un préformé associé à un autre système de portage. En effet, sur le long terme, de nombreux parents aux morphologies différentes se lassent de régler le porte-bébé et finissent par ne plus ajuster les bretelles, la ceinture ou même l’assise. Cela génère des maux de dos chez le porteur et un extrême inconfort chez le porté, un enfant qui râle ou se meut beaucoup (voire se cabre) quand ses parents l’installent. Dommage d’arrêter le portage à cause de cela !

>>> Je suis certaine que vous avez des avis variés sur le sujet, que vous avez testé d’autres modèles et marques ! Que votre ressenti soit proche ou différent, partagez-le ci-dessous !

Comments 2

  1. La photo de portage en pagne est intéressante pour la position des cuisses de l’enfant que je trouve rarement adoptée chez nous, alors que la rotation externe des cuisse facilite leur écart. Ce qui m’étonne c’est la position du dos de la porteuse, très arrondi et épaules enroulées vers l’avant.

    1. Bonjour Mathilde,

      Merci pour votre commentaire ! Je m’étais fait la même réflexion. J’ai pensé que la porteuse était peut-être en train de se pencher, de commencer à soulever ou à porter une charge, ou avait une pathologie physique. Je ne connais pas l’historique de la photo, mais j’aime beaucoup rendre compte de la variété des systèmes de portage. Le portage en pagne est peu transmis durant les ateliers ou les rencontres de portage, peut-être à cause des tissus qui ne correspondent pas aux besoins des parents participants (tissus sans tissage en diagonal notamment). Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *